Les chevaux et les poneys engorgent souvent des membres inférieurs. On entend par membres inférieurs les jambes. Les engorgements sont le plus souvent localisés au niveau des boulets et tendons et peuvent également se manifester au niveau des jarrets. Ils peuvent être bénins ou plus sérieux c’est pourquoi il faut toujours être attentif et les traiter.


L’engorgement chez le cheval qu’est-ce que c’est ?

L’engorgement est avant tout un symptôme. Il s’agit d’un gonflement des membres qui peut avoir plusieurs origines.
L’engorgement est une accumulation de lymphe qui peut se produire au niveau des tendons et des articulations du cheval. La lymphe est un liquide dans lequel baignent les cellules, originaire des capillaires sanguins, elle contient des globules blancs, majoritairement des lymphocytes, d’où son rôle primordial dans l’immunité. Elle permet aux cellules d’y rejeter leurs déchets et de s’approvisionner en nutriments, la lymphe rejoint ensuite la circulation sanguine via les vaisseaux lymphatiques.

Les facteurs favorisants :

L’engorgement peut avoir plusieurs origines :
Cela peut être le signe d’une pathologie sous-jacente dont une affection métabolique.
L’engorgement peut être dû à de mauvais aplombs.

Cela peut aussi être lié à des facteurs environnementaux :
Chaleur
Immobilité
Effort physique important
Alimentation trop riche…

Le rôle du vétérinaire équin :

Lorsqu’un cheval engorge d’un ou plusieurs membres sans raison apparente, il est important de faire appel à son vétérinaire afin de déterminer la cause de cet engorgement ; en effet l’engorgement est avant tout un symptôme pouvant intervenir dans plusieurs tableaux cliniques de pathologies.

Le vétérinaire va pratiquer un examen clinique complet avec parfois des examens complémentaires afin de déterminer l’origine de l’engorgement et mettre en place le traitement adapté.


Que faire pour prévenir l’engorgement chez le cheval ?

Une fois que les causes pathologiques de l’engorgement ont été écartées, il est possible de le prévenir de plusieurs manières :

Faire marcher le cheval: Si c’est possible, le paddock est l’idéal pour faire marcher le cheval, et réactiver la circulation au niveau des membres. Si le cheval est au box, une marche de 20mn en début de séance, et une marche en main à un autre moment de la journée ne peut être que bénéfique, cela casse la période d’immobilité où le cheval piétine dans son box.

La douche à l’eau froide: Doucher les membres engorgés à l’eau froide pendant 5mn après le travail, avant de le remettre au box peut aider à limiter l’engorgement en réactivant la circulation sanguine. Cependant, n’oubliez pas de protéger les sabots d’une humidité excessive en appliquant un onguent sur l’ensemble de la boîte cornée (sabot, sole, fourchette). Effectivement, des douches à répétition peuvent ramollir la corne et/ou détériorer les fourchettes.

Les bandes de repos: le maintien des membres ayant une tendance à l’engorgement permet très souvent de limiter le gonflement.

L’argile : décongestionnante et détoxifiante, elle trouve sa place dans le traitement de l’engorgement des membres.


L’intérêt de l’argile pour chevaux NACRIGYL de NACRICARE :

L’argile NACRIGYL, 100% naturelle, riche en sels minéraux et oligo-éléments, est dotée d’une grande capacité décongestionnante, elle est donc tout à fait adaptée aux membres engorgés et permet de participer à l’élimination des toxines au sein des tissus.
Les différentes huiles essentielles que NACRIGYL contient combinent leurs actions pour renforcer l’effet drainant et le resserrement des tissus.

De plus, la nacre, ici encore, contribue à la régénération des tissus et limite le vieillissement des cellules. Ce qui est particulièrement indiqué dans le cas de chevaux ou poneys soumis régulièrement à des efforts intenses.

Laissez un commentaire ici